La Gare Lisch

Pourquoi sauver ce bâtiment ?

Gare LischQuestion provocante mais non dénuée de pertinence en regard de l’état actuel de la construction. Il faut savoir que tout est réparable et qu’aucune des mises en œuvre des divers corps d’état ne réclame des savoir-faire particuliers qui seraient aujourd’hui disparus.

La véritable réponse réside dans le fait que cette élégante construction est exceptionnelle.

Exceptionnelle pour ce xixe siècle finissant qui dépourvu de créativité architecturale puise son inspiration dans le classicisme grec et romain, dans la renaissance, le style byzantin, voire le gothique. Cette fin du Second Empire laisse une zone stylistique incertaine, car la brève parenthèse de l’Art Nouveau peine à se mettre en place. Se situant sur un versant critique, la construction du Trocadéro fournit un exemple assez représentatif d’un style parvenu au faîte de son déclin.

Opéra Garnier

 

La période haussmannienne est en plein apogée et le Palais Garnier vient d’être inauguré trois ans avant que ne s’ouvre l’exposition de 1878.
L’ornementation généralement employée est opulente, riche de la diversité des matériaux et de la lourdeur des motifs.

Gare Lisch

 

Juste Lisch qui édifia également la gare Saint-Lazare et celle des Invalides n’échappa à cette règle que par la conception de l’Embarcadère du Champ-de-Mars, tout de légèreté.
Au lieu d’utiliser la palette architecturale minérale encore en vogue, le Maître d’œuvre imagine une structure métallique avec remplissage de briques, percé de larges surfaces vitrées. Mettant à l’écart l’alphabet décoratif classique, Juste Lisch propose une vision personnelle autant qu’originale et crée l’ornementation propre à cette Gare.

Gare LischCe parti pris d’une grande lisibilité confère à ce monument toute son originalité et répond ainsi sans équivoque à la précédente question. Loin d’être un cas unique, l’originalité alliée aux progrès techniques attachés à l’emploi du métal et du verre engendrera nombre de bâtiments, dont les fleurons les plus intéressants campent rue Réaumur.

Jean-Pierre Allouard Carny
Décembre 2013